[Comprendre un bilan]





Bilan et bases de gestion

La situation financière d’une entreprise bouge en permanence, elle paie ses fournisseurs reçoit des chèques, paie des salaires etc… Chaque transaction doit être écrite pour pouvoir être « vérifiée » par les décideurs et les tiers (dont l’état). Ces écritures sont consignées dans le « journal » et récapitulées en fin de cycle dans le « Bilan ». Les numéros de compte sont imposés par le plan comptable pour permettre les échanges entre les entreprises et les contrôles. Chaque mouvement fait intervenir au minimum deux comptes et ne peut plus être effacé.

une écriture comptable

Logique

La logique est la suivante à partir du journal ci_dessus : je paie mon fournisseur avec un chèque de 600 euros. Mon compte « banque » (512 à l’actif) diminue (il est crédité) et de l’autre coté, mon compte fournisseur au passif est débité (ma dette envers lui diminue). L’équilibre est ainsi maintenu et l’opération est enregistrée dans les comptes mouvementés.

Le bilan

Le bilan présente à un moment donné le regroupement de toutes les écritures. Le plan comptable part d’une équation de base: Actif=Passif+Capital.

L'actif dit immobilisé représente l'ensemble des biens destinés à rester durablement dans l'entreprise. L'actif dit circulant comprend le stock, les créances et les disponibilités (banque et caisse). Les Capitaux Propres regroupent les apports des associés, le bénéfice ou la perte de l'entreprise et les réserves qui constituent une partie du résultat mis de côté. Les dettes comprennent les emprunts (réalisés auprès des établissements de crédits ou auprès d'un tiers) et également les dettes fournisseurs et les dettes fiscales et sociales. A la banque le compte personnel se lit dans l’autre sens… Il est en réalité le compte de la banque. Si je mets de l’argent sur le compte qui m’est alloué par ma banque, la banque me le doit, ce qui explique que dans le relevé, l’argent figure au crédit Le bilan peut se lire ainsi :comment l’entreprise utilise les ressources dont elle dispose (les emplois à l’actif) et l’origine de ses ressources (passif).. On distingue les immobilisations incorporelles (brevets, logiciels, licences…) et les immobilisations financières (actions et obligations). ■

une écriture comptable