[La communication non verbale.]





Principe de la CNV.

Une composante essentielle de la communication interpersonnelle.

Maîtriser sa communication non verbale permet d'obtenir plus facilement l'attention et l'adhésion. Traduire celle des autres permet de comprendre leurs intentions. Et adapter sa communication non verbale à son interlocuteur permet d'instaurer un climat de confiance. Cet aspect peu utilisé de votre communication est une réserve inestimable pour votre confort personnel et professionnel. Selon certaines hypothèses, les informations verbales et non verbales seraient traitées par deux systèmes symboliques distincts, fonctionnellement indépendants, interconnectés et différenciés au niveau des hémisphères cérébraux, le système verbal, de type digital, étant localisé dans l'hémisphère dominant (en général gauche chez les droitiers) et le système figuratif, de type analogique, spécialisé dans l'organisation spatiale et visuelle, se trouvant dans l'autre hémisphère.

illustration communication non verbale

L'importance du langage non verbal a été mise en évidence par Albert Mehrabian chercheur à l'Université de Californie (UCLA). Sur la base de deux études effectuées en 1967, Mehrabian prétend que l'impact du langage du corps peut être mesuré précisément. Même si les conclusions suivantes sont à prendre avec réserve, selon ses travaux,
7% de nos sentiments et opinions passent par ce que nous disons
38% par le ton de la voix
55% par les gestes

... suite et fin.

Selon ces études, le langage non verbal (physique et voix) constitue 93 % de l'impact du message lorsque l'on juge un individu. Le composant verbal compte pour seulement 7 %. Beaucoup de consultants s'appuyant sur ces résultats, prétendent que le langage du corps a toujours plus d'impact que le message lui-même. Cependant les chiffres de Mehrabian ont été déclarés "exagérés et suspects" par des spécialistes du langage non verbal tels que Judee Burgoon, David Buller, et Gill Woodall. L'adage : " ce n'est pas ce que vous dites qui compte ; c'est la manière dont vous le dite " constitue selon ces spécialistes une moitié de vérité. Leur examen de plus de 100 études a démontré que les recherches de Mehrabian minimisent l'importance des mots. L'impact relatif du langage non verbal et verbal dépend beaucoup du contexte de l'entretien. En effet, le degré de persuasion nécessaire influe considérablement l'impact des deux différents types de langage sur une présentation. Par exemple lors d'une présentation importante (argumentaire, conférence…) la répartition des sources d'impact s'inverse. Le langage du corps passe de 55 % d'impact à 32 %, le ton de la voix de 38 % à 15 % et le message (les mots) passe de 7 % à 53 %. ■